Notes historiques sur l'église

de Gouy saint André

par M. Roger RODIERE

 

L'église se compose d'une tour du XVIl ème siècle, d'une nef plus ancienne et d'un choeur du XVI ème siècle. Toute la construction est en craie taillée des carrières de St-Rémy, sauf les solins qui sont en cailloux pour la nef, en damier de grès et silex pour le choeur.

Ses dimensions sont les suivantes:

longueur du porche : 4 m

longueur de la nef : l 4 m

longueur du choeur : 12,20 m

longueur totale : 30,20 m

largeur de la nef : 5 m

largeur du choeur : 7 m

D'après un compte-rendu du sieur SPY, receveur et marguillier de l'église, le porche fut construit en 1775. Il est ouvert sur la façade Ouest par un portail en plein cintre. Le fronton triangulaire qui surmonte ce portail fut orné d'une inscription gravée pendant la Terreur de 1793 :

LE

PEUPLE

FRANCAIS

RECONNAIT L'ETRE

SUPREME ET L'IMMORTALITE

Photo avant restauration 2005

La tour a remplacé en 1673 un simple campenard dont le mur a été conservé à l'Est. Quatre fenêtres en tiers-point éclairent l'étage supérieur. Deux larmiers divisent la tour en trois étages à peu près égaux. Une flèche hexagonale en charpente, couverte d'ardoises, la surmonte. La voûte de la tour a été brisée en 1793 pour descendre les cloches.

Deux échelles mènent, en traversant l'ancienne voûte effondrée du second étage, au beffroi des cloches. On sait qu'il a existé trois cloches à Gouy, et que les deux plus petites, fêlées dès avant la Révolution, ont été envoyées à Montreuil en 1792 pour être fondues et converties en canons.

Le 7 janvier 1844, le conseil municipal décida la refonte de la cloche. L'ancienne pesait 404 kg ; la nouvelle en pèse 584 et mesure 1,03 m de diamètre..

Voici le texte inscrit sur cette cloche:

D'un côté:

L'AN 1844, J'AI ETE NOMMEE MARIE HORTENSE

PAR M. JULES CESAR LIEVIN ALFRED DE LOCHER

ET D. FLAVIE HORTENSE DE LOCHER

De l'autre côté:

J'AI ETE BENITE PAR M. ANTOINE V. HANOCQ

CURE DE GOUY, M. DANVIN ETANT MAIRE

MM. JEAN HERCHIN, PERRE P. FOURNIER

ET LEVIN PINGUET, ULYSSE BRIDENNE, MARGUILLERS

   

La nef paraît plus ancienne que le choeur et a très peu de style. La corniche supérieure a été surélevée. Les 4 fenêtres de la nef étaient carrées et très irrégulières ; en 1861, l'abbé Robert leur fît donner la forme gothique. La nef était autrefois couverte par un plancher cintré en berceau ; en 1861, on la voûta d'un plafonnage imitant la croisée d'ogives.

Les clefs de voûte peintes des 5 travées représentent St Josse, St Martin, les armes de Mgr Parisis, celles du comte de Riencourt et celles de l'abbaye de St-Josse. Deux réduits bâtis en 1861 renferment les autels latéraux. Ils sont éclairés chacun par un oeil de boeuf.

Le choeur, plus large et plus haut que la nef, se compose de deux travées et d'un chevet à trois pans. Sa voûte d' ogives est d' un travail très soigné. Les culs de lampe qui la soutiennent sont ornés de feuilles de vigne, de chêne et de lierre. Les vitraux représentent St André, St Joseph, St Liévin, St Martin, St Josse et St Benoit Labre.

A l'extérieur, sur le mur Nord, on peut voir un Christ en chêne, oeuvre de Pfaffenhofen (auteur des boiseries de Valloires). Il fut sauvé pendant la Révolution par un sieur Grevet qui fut enterré dessous.

La restauration de l'église saint Martin

chantier 2004-2005.

Le conseil municipal décide de réaliser des travaux à l'église, le rapport de l'architecte de l'évêché précise qu'un rejointement et même le remplacement de certaines pierres, au niveau du fronton, seraient à envisager. De tels travaux ne peuvent être réalisés que par une entreprise spécialisée, l'entreprise Coche. Le montant des travaux s'élève à la somme de 87 000 € TTC. Voiçi un apperçu des travaux réalisés :

Le clocher

  

Remplacement d'une corniche et de pierres malades

   

Un travail de minutie, toutes les pierres ont été numérotées et taillées sur place.

   

Remplacement des Abat-sons par notre employé communal.

les photos de la rénovation du porche.

 

Le porche de l'église avant les travaux

 

  

Toutes les pierres abimées et les briques seront remplacées.

  

Vue de haut                                                              pillier de renfort sur la voûte

  

  

Les ouvriers ont cassé le toit du porche et ont retiré le remblais qui pesait lourd sur la voûte du porche

on peut y découvrir les anciennes moulures

  

Nous avons découvert une pierre où est gravé :

"1775 la grand porte fût faite"

  

Le tailleur de pierres et quelques pièces

  

 

      Porche vu de devant         porche vu de coté route

 

Nous avons fait gravé dans la pierre :
Restauration 2005
architecte : F. Evard
Entreprise : Coche

  

Porche vu de coté cimetière et façade avant.

Avant et après :